retour

Méthode : estimation de la survie des patients atteints de cancers en France

Méthode
Dernière mise à jour 16/09/2016

Il existe différents moyens d'estimer la survie : survie "brute, survie "nette", survie "relative".

La survie "brute" à 1, 3, 5 ou 10 ans est la proportion de patients survivants 1, 3, 5, 10 ans de la date de diagnostic,  quelle que soit la cause de décès (cancer ou autre). Elle est simple à interpréter mais ne témoigne pas de la mortalité réellement associée à la maladie : tous les décès sont comptabilisés, qu'ils soient ou non liés à la maladie. Elle est estimée à l'aide de la méthode de Kaplan-Meier.

La survie "nette" à 1, 3, 5 ou 10 ans est la proportion de survivants que l'on observerait à 1, 3, 5 ou 10 ans de la date de diagnostic,  si la seule cause de décès possible était le cancer étudié. Il s'agit d'un indicateur théorique qui a pour objectif de quantifier la mortalité liée à la maladie.  La survie nette n'est pas directement observable, car elle correspond à une situation hypothétique, mais qui peut être estimé à l'aide de la méthode de Pohar-Perme (Pohar-Perme et al., 2011). Cette méthode ne requiert pas la connaissance de la cause de décès contrairement aux méthodes dites de  survie "relative" , fréquemment utilisées jusqu'en 2011.