retour

Méthode : production des indicateurs d’incidence et de mortalité par cancer en France

Méthode
Dernière mise à jour 16/09/2016

Production des estimations nationales d’incidence et de mortalité
- modélisation statistique à deux ans de l’ensemble des données observées avec prise en compte systématique de la tendance récente d’évolution et utilisation de la mortalité comme un « corrélat » de l’incidence. Cette méthode permet d’estimer l’incidence nationale et de décrire les tendances de l’incidence et de la mortalité par cancer depuis 1980
- modélisation à plus longue échéance de l’ensemble des données observées avec exploration de trois scenarios d’évolutions possibles basés sur la poursuite ou non des tendances récentes de l’incidence et de la mortalité. Cette méthode est destinée à fournir des projections d’incidence et de mortalité par cancer pour l’année en cours.

Production des estimations nationales d’incidence et de mortalité
- Estimation nationale de l’incidence et de la mortalité par cancer et analyse des tendances depuis 1980
La zone géographique couverte par les registres du réseau Francim (« zone registre ») ne peut être considérée comme représentative de la France en termes d’incidence des cancers : l’incidence observée dans cette zone doit donc être corrigée. Le facteur de correction utilisé est le ratio « mortalité France entière/mortalité zone registre » qui est estimé à partir des données de mortalité nationales observées. Il est ensuite appliqué à l’incidence « zone registre » afin d’obtenir une estimation de l’incidence France entière. Cette méthode a permis d’estimer des tendances nationales d’incidence et de mortalité par cancer pour 25 localisations d’organes depuis 1980 et d’analyser en détail les tendances. Cette modélisation est effectuée par le service de Biostatistique des Hospices civils de Lyon.
L’analyse et la publication de ces tendances sont réalisées tous les cinq ans.

- Projection de l’incidence et de la mortalité par cancer pour l’année en cours
Pour fournir des projections d’incidence et de mortalité pour l’année en cours à partir des dernières données observées, il faut recourir pour l’incidence à des projections à n+5 ans (n étant la dernière année observée transmise par les registres) et pour la mortalité à des projections à n+3 ans (n étant la dernière année observée transmise par le CépiDC-Inserm). Ceci oblige à faire des hypothèses d’évolution entre la dernière année observée et l’année en cours, période pour laquelle les données ne sont pas encore disponibles. Ces hypothèses sont explorées en envisageant trois scenarios d’évolutions possibles basés sur la poursuite ou non des tendances d’incidence et de mortalité les plus récemment observées.

Production des estimations infra-nationales (régionales et départementales) d’incidence

Les estimations régionales d’incidence réalisées précédemment en France utilisaient la mortalité (M) comme corrélat de l’incidence (I). Cette méthode était une déclinaison de celle utilisée pour estimer l’incidence nationale des cancers. Elle supposait un rapport M/I, pour un sexe et un âge donné, constant dans toutes les régions ou, autrement dit, qu’une même incidence produit une même mortalité d’une région à l’autre. Les disparités de l’incidence régionale ainsi obtenues n’étaient donc que le reflet des disparités de mortalité. Ces limites étaient bien identifiées [Colonna 2008] mais les estimations n’avaient pas fait l’objet d’une validation. L’avantage des données médico-administratives est de présenter une plus grande proximité avec l’incidence par rapport à la mortalité. Pour cette nouvelle édition des estimations régionales, trois méthodes - reposant sur trois corrélats - ont donc été évaluées et hiérarchisées. Ces trois corrélats sont la mortalité, le PMSI, les ALD.

Le principe de l’estimation est identique pour les trois corrélats (PMSI, ALD et mortalité) et repose sur l’application du rapport PMSI/I (respectivement ALD/I et M/I) de la zone registre aux données régionales du PMSI (respectivement ALD et M). Ces méthodes supposent que, pour un sexe et un âge donné, le rapport PMSI/I (respectivement ALD/I et M/I) est identique dans toutes les régions. La validité de cette hypothèse a été examinée dans les départements avec registre.