Agence nationale sanitaire et scientifique en cancérologie

Accueil arrow-donnees.png Les données arrow-donnees.png Le dépistage arrow-donnees.png Le dépistage du cancer colorectal arrow-donnees.png

Taux de participation au programme national du dépistage organisé du cancer colorectal en France

Type de cancer : Colon-rectum
Sujet : Depistage
Zone géographique : DOM , France
Population :
Mots-clés : Taux de participation au depistage
Date de dernière mise à jour : 17/07/2013

Les indicateurs

Evolution des taux de participation au dépistage organisé du cancer colorectal depuis 2009-2010 chez les 50-74 ans en France
  Ensemble Femme Homme

Source : InVS

 * A l'exception de Mayotte devenu département d'Outre-Mer le 31 mars 2011

Données 2010-2011 sur l'ensemble des territoires français* 32,1 % 34,0 % 30,0 %
Données 2009-2010 sur 95 départements 33,8 % 36,5 % 31,4 %

 

Dès 2007, 23 départements pilotes étaient engagés dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal. Fin 2010, 95 départements avaient invité au moins une fois leur population cible. Les estimation de la participation pour la période 2010-2011 reposent sur l'ensemble des territoires français, à l'exception de la Mayotte devenu département d'Outre-Mer le 31 mars 2011.

 

Sur la période 2010-2011, plus de 17 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans ont été invitées à se faire dépister. Cinq millions d'entre elles ont, au final, réalisé le test, soit un taux de particpation de 32,1 % (34 % chez les femmes et 30 % chez les hommes). On constate que les personnes de plus 60 ans adhèrent dvanatage au programme que les individus plus jeunes.

Cette estimation est stable par rapport à l'année précédente. Elle reste cependant inférieure aux recommandations européennes de 45 % au minimum.

Taux de participation (en % ) au programme national du dépistage organisé du cancer colorectal dans les régions française- Années 2010-2011

 

Source : Institut de Veille Sanitaire, 1 mars 2012

Donées issues des structures de gestion départementales du dépistage organisé du cancer colorectal.

 

Sur la période 2010-2011, le taux de participation au dépistage organisé est de 32 %. Cette participation au dépistage organisé est inégale selon les régions. Le taux le plus élévé est enregistré pour la Bourgogne (47,5 % ) et le plus faible pour la Corse (8,3 % ), entrée récemment dans le dispositif.

 

 

 

Taux de participation au programme national du dépistage organisé du cancer colorectal dans les départements France métropolitaine et départements d'outre-mer. Années 2010-2011

 

Source : Institut de Veille Sanitaire, 1 mars 2012

 

 

Sur la période 2010-2011, le taux de partcipation au dépistage organisé du cancer colorectal est de 32 %. Cette participation au dépistage organisé est inégale selon les départements :

  • les taux les plus élévés sont observés pour la Côte-d'Or et la Saôn-et-Loire (plus de 50 % de participation
  • 5 départements atteignent le seuil de recommandé de 45 % de participation (Cher, Côte-d'Or, Haut-Rhin, Isère, Saône-et-Loire)
  • 23 départements ont connu une augmentation du taux de participation entre 2009-2010 et 2010-2011 avec notamment une hausse de 67 % pour la Haute-Garonne qui passe de 17 % à 28,4 %
  • 33 départements ont des taux inférieurs à 30 %.

Taux d'exclusion à la participation au programme national du dépistage organisé du cancer colorectal dans les départements de France. Années 2010-2011

Source : Intitut de veille sanitaire, 01/03/2012

 

Le pourcentage de personnes exclues de ce programme, car relevant d'autres modalités de dépistage (exclusions définitives pour des raisons médicales ou temporaires suite à des résultats coloscopie normaux) varie selon les départements de 2,4 % à près de 17,5 %. Les taux d'exclusions les plus bas sont observés principalement parmi les départements entrés tardivement dans le programme de dépistage et les départements d'Outre-Mer.

 

Le taux d'exclusions pour les 23 départements pilotes déjà engagés dans le programme de dépistage avant 2008 est de 12,8 % supérieur au taux d'exclusions pour les autres départements (10,6 %). Cette différence peut être due, en partie, au fait que, pour les départements ayant plus d'antériorité dans le programme, les exclusions temporaires ou définitives consécutives à des résultats de coloscopies induites par le dépistage sont plus nombreuses que pour les départements débutant dans le dépistage organisé du cancer colorectal.