Base de données Clinicobiologique de Glioblastomes

projet de recherche
Dernière mise à jour 10/10/2016
Investigateur   MENEI P.
Institution   CHU d'Angers
Ville   ANGERS
Financeur   INCa
Type d'appel   BCB
Numéro de financement   INCa_6298
Période de financement   2012-12-31 / 2016-06-29

Résumé

Contexte scientifique : Les tumeurs du cerveau représentent un enjeu de santé publique en raison de leur nombre croissant, de leur caractère souvent incurable et de la morbidité qu'elles génèrent. Le projet présenté se focalise sur les glioblastomes parce que ce sont les plus fréquentes et les plus agressives des tumeurs cérébrales malignes, qu'elles ont un traitement bien standardisé, permettant d'étudier une population homogène. Les glioblastomes posent de nombreuses difficultés en raison de l'absence de reproductibilité du diagnostic histologique, et soulèvent de nombreuses questions concernant leur origine et le rôle suspecté des pesticides dans leur survenue. Il y a un besoin urgent de biomarqueurs permettant d'identifier formellement les sous types de glioblastomes, de prévoir le pronostic ou la réponse au traitement, et de comprendre la susceptibilité génétique à des carcinogènes environnementaux. Seulement d'ambitieux programmes de recherche basés sur de larges collections de prélèvement tumoraux associés à des renseignements cliniques complets (bases clinico-biologiques) permettront d'identifier ces biomarqueurs. Les collections de tumeurs cérébrales sont rares et difficiles à constituer car beaucoup de patients n'ont qu'une biopsie, et il n'y a pas assez d'échantillon tumoral pour la recherche. Description du projet : L'objectif de ce projet est de constituer en trois ans une base clinico-biologique nationale, représentative et de qualité d'au moins 1 200 patients, couplée à une collection de tissus comprenant des échantillons tumoraux, du sang et des cheveux. Il est effet possible maintenant de doser jusqu'à 100 composés chimiques comme les pesticides dans les cheveux, donnant une idée de l'exposition récente et ancienne du patient. La stratégie utilisée va être d'étendre à la France une base clinico-biologique multicentrique déjà opérationnelle au sein du Cancéropole Grand Ouest. Grâce au réseau national de relecture anatomopathologique en neurooncologie, tous les patients inclus vont bénéficier d'une relecture, et parfois d'une troisième expertise si nécessaire. Enfin, une communication va être mise en place entre cette base nationale de glioblastome et des réseaux de tumeurs rares existants (comme POLA pour certaines formes rares de glioblastome) ainsi que des registres épidémiologiques pour cerner la véritable représentativité par rapport à la population générale de patients. Plusieurs études sont dès maintenant envisagées par des équipes reconnues dans leur domaine, concernant : - une meilleure identification des différentes formes de glioblastomes, préliminaire incontournable pour progresser dans leur traitement ; - des signatures génétiques ou protéiques permettant de prévoir la survie et la réponse aux traitements ; - les mutations génétiques possibles expliquant les formes familiales ou celles du sujet jeune ; - l'exposition aux produits cancérigènes comme les pesticides (dosage dans les cheveux) et leur rôle sur des terrains génétiques connus dans l’augmentation du risque de tumeur."

Summary

Scientific context: Brain tumours represent a public health issue because of their increased incidence, the incurable nature of certain histological types and the morbidity they generate. The present project will focus on glioblastoma (GBM) because they are the more common and the most aggressive malignant primary brain tumour, they have a well standardized treatment, allowing a large and homogeneous cohort. Glioblastoma raise numerous difficulties regarding lacks of histopathological diagnosis reproducibility, and questions about risk factors as pesticides. There is an urgent need for biomarkers of glioblastoma subtypes, prognosis and treatment response, genetic susceptibility to environmental risk factors and only large-scale translational programs based on large clinico-biological database will identify theses biomarkers.Description of the project: The main objective of this project is to constitute within three years, a national, well-annotated, clinico-biological database, containing at least 1,200 patients, associated with a large collection of tumour, blood and hair samples from the patients. Measurement of exogenous chemicals as pesticides in hair is the method to evaluate both recent and past exposures. The strategy used will be the extension of the multicentre clinico-biological database developed by the Cancéropôle Grand Ouest. Thanks to the French pathological neurooncology network, all the histology will be reviewed by an expert network. Finally, communication of the glioblastoma clinico-biological database with other databanks will be done, especially with the rare tumours clinico-biological database (POLA network for rare form of glioblastoma), and the epidemiological register to precise the representativeness of the clinico-biological database among the French population of glioblastoma.Several studies are already planned by recognized research teams: - the better identification of GBM sub types (first step for treatment progress); - the validation of new prognosis and response treatment biomarkers (gene signature and protein network); - the identification of mutations involved in the development of familial gliomas and young patients; - the exposition to carcinogen as pesticides by dosage in hair and their implication to increase the risk of tumour on genetic predisposition.